Fonds "Bretagne Vivante - Société pour l’étude de la protection de la nature en Bretagne"

1. Identification
1.1 Type d’entité
Association
1.2 Forme autorisée du nom
Bretagne Vivante – Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne
1.3 Autres formes du nom
SEPNB

2. Zone de la description
2.1 Dates d’existence
1958 - aujourd’hui
2.2 Histoire
La Société pour l’étude et la protection de la nature (SEPNB) est créée en décembre 1958 afin de prolonger l’action des « Cercles Géographiques et Naturalistes du Finistère », formés en novembre 1953.
Fondée à une époque où l’écologie ne concernait encore que quelques initiés, la SEPNB a joué un rôle précurseur en créant des réserves ornithologiques sur le littoral. Son champ d’action s’est rapidement élargi à tous les problèmes de défense de l’environnement se posant sur l’ensemble des cinq départements de la Bretagne historique.
En 1968, l’association SEPNB est reconnue d’utilité publique.
En 1998, la SEPNB change de nom et devient Bretagne Vivante-SEPNB.
En 2009, à l’occasion de ses 50 ans, l’association a réactualisé son projet associatif, et s’est dotée d’un plan d’action sur trois ans déclinant les actions qu’elle se fixe d’entreprendre en priorité.
Portée par près de 3000 adhérents, de nombreux militants et une quarantaine de salariés, l’association gère aujourd’hui un réseau de plus de 100 espaces naturels protégés, répartis sur les cinq départements de la Bretagne historique.
2.3 Lieux
Siège social
186 rue Anatole France, 29200 Brest
Sections locales
Trégor-Goëlo, Concarneau-Trégunc, Crozon, Douarnenez, Pays de Morlaix, Quimper-Pays Bigouden, Quimperlé, Rade de Brest, Fougères, Rance-Emeraude, Rennes, Châteaubriant, Estuaire-Loire-Océan, Nantes, Belle-Ile, Brocéliande-Lanvaux, Kreiz Breizh, Pays de Lorient, Pays de Vannes
2.4 Statut juridique
Association type « loi 1901 »
2.5 Fonctions et activités
Bretagne Vivante est une association régionale active qui est intégrée à des réseaux scientifiques (programmes européens) et institutionnels (commissions régionales et départementales).

But de l’association :
Sauvegarder dans les départements des Côtes d’Armor, Finistère, Ille et Vilaine, Loire Atlantique, Morbihan et éventuellement dans les départements limitrophes faisant biogéographiquement partie de la même région naturelle que la Bretagne, la faune et la flore naturelles en même temps que les milieux dont elles dépendent (roches, paysages, sols et eaux) lorsque leur conservation s’impose par suite d’un intérêt scientifique, économique ou esthétique caractérisé ;
Développer le goût et l’intérêt pour les sciences naturelles, la géographie et la protection de la nature ;
Réaliser des études scientifiques ;
Protéger de l’extinction les espèces animales et végétales menacées ;
Veiller à la protection de l’environnement en étant compétent et capable d’intervenir dans différents domaines indissociables et complémentaires de la protection de la nature (protection des espèces et des espaces), domaine traditionnel d’action de la SEPNB : les déchets, la gestion des ressources naturelles, l’utilisation de l’espace, l’urbanisme et l’aménagement du territoire, l’énergie, l’impact des aménagements.

Moyens d’action de l’association :
Obtenir en propriété, par achat, ou à défaut en location des terrains et les ériger en réserves ou parcs naturels ;
Aménager et mettre en valeur les différentes sortes de parcs et réserves de l’association, de les surveiller et de les entretenir à l’aide d’un personnel rétribué ou bénévole ;
Créer dans ces parcs et réserves, ou en dehors mais dans le cadre de la zone d’influence de la société, des stations scientifiques, musées, parcs faunistiques ou botaniques et en assurer la gestion avec l’aide d’un personnel rétribué ou bénévole ;
Mener toute action en justice, se constituer partie civile, réclamer des dommages et intérêts dans l’intérêt de la conservation de la nature ;
Entreprendre toutes recherches, mener toute enquête, donner tout avis, poursuivre toutes études se rapportant directement ou indirectement à toutes ces questions ;
Faire fonctionner une ou plusieurs bibliothèques de Sciences Naturelles et de géographie ;
Publier périodiquement son bulletin « Penn ar Bed », des mémoires, ainsi que des brochures, affiches, tracts, cartes postales, etc… se rapportant à l’étude ou la protection de la nature, au besoin en collaboration avec des sociétés ou établissements poursuivant en tout ou partie des buts analogues ;
Assurer des missions d’éducation à l’environnement pour tous types de publics ;
Gérer des centres d’éducation à l’environnement avec ou sans hébergement et restauration ;
Organiser des actions de formation ;
Participer à différentes instances de concertation avec les pouvoirs publics.
2.6 Textes de référence
2.7 Organisation interne
3. Relations
3.1 Noms, numéro d’immatriculation des collectivités associées
3.2 Type de la relation
3.3 Description de la relation
4. Contrôle
4.1 Code d’identification de la notice d’autorité
4.3 Règle ou convention
4.3 Niveau d’élaboration
4.5 Niveau de détail
4.6 Dates de création
Mars 2011
4.7 Langues et écritures
Français
4.8 Sources
Les statuts de l’association.
Maurice Le Démézet, Bruno Maresca, La protection de la nature en Bretagne – La SEPNB (1953-2003), Presses universitaires de Rennes, 2003.
http://www.bretagne-vivante.org



Fonds "Bretagne Vivante - Société pour l’étude de la protection de la nature en Bretagne" (SEPNB).
Documents administratifs et fonctionnement : statuts, décrets, compte-rendu et extrait de délibération du conseil d’administration, rapport d’activité... (à partir de 1958).

Comptabilité : bilan comptable, grand livre de compte, subventions, budgets des réserves naturelles, budget des réserves nationales... (à partir de 1963).

Etudes réalisées par l’association sur les zones humides, les goélands, l’Amoco-Cadiz, la faune, la flore, les réserves naturelles, le parc éolien... (à partir de 1975).
Revue de presse sur l’association, la faune, la flore, les atteintes à l’environnement... (à partir de 1989).

Dossiers de l’activité : affaires juridiques et contentieux (Amoco Cadiz, Tanio, Erika, la chasse, la ligne haute tension Brennilis-Pleyber Christ, le sentier littoral du Pouldon - Loctudy..., à partir de 1978), la gestion des 110 réserves naturelles (études, convention de gestion, compte-rendu de réunion, rapport d’activité et financier, actes notariés, plan de gestion, annuaires et travaux des réserves, dossiers des réserves naturelles nationales (Glénan, Molène, Iroise, Groix, Falguerec-Séné, Venec), bilan des animations, projets de réserves, dossiers spécifiques à Goulien, au Cragou et au Bois Joubert, correspondance..., à partir de 1957), le suivi des oiseaux et des mammifères marins (sternes, goélands, oiseaux mazoutés, oiseaux échoués, belugas, phoques..., à partir de 1950), l’Erika (suivi de chantier de nettoyage, compte-rendu de Bretagne Vivante et de la préfecture, conseils et protocole technique plan Polmar, organisation de Bretagne Vivante, études post Erika, suivi des oiseaux et soins..., 2000-2001), Unité Mobile de Soins pour Oiseaux Mazoutés - UMSOM (rapports, dossier technique, correspondance..., à partir de 2000), programmes européens (Life, Natura 2000, Interreg, contrat nature, programme Morgane : phragmite aquatique, archipels et îlots marins, mulette, sterne..., à partir de 1990), partenariats (conservatoire du littoral, conservatoire botanique de Brest, opération "grands sites nationaux", commission départementale des sites 29, communauté urbaine de Brest, DIREN, réserves naturelles de France..., à partir de 1977), dossiers sur les sites naturels du littoral et du continent en Bretagne, les routes départementales, la faune, la flore, l’eau, les déchets, les zones humides, le littoral, l’agriculture, les différentes interventions de Bretagne vivante... (1985-2005), les animations (fiches et outils pédagogiques, documents de préparation, réseau d’éducation à l’environnement en Bretagne - REEB, colloque Life landes, les 40 ans de l’association, à partir de 1995).

Documentation : Bretagne Vivante dispose d’un centre de documentation dans ses locaux, ouvert au public le jeudi de 14h à 18h, "bulletin de liaison SEPNB" (1980-1999), "Bretagne vivante" (revue trimestrielle de l’association, à partir de 2000), "Penn ar Bed" (revue de l’association, à partir de 1953), 7 publications de Bretagne Vivante (1999-2010), "atelier technique des espaces naturels" (revue, 1987-2007), "la lettre des réserves" (revue de Réserves naturelles de France, à partir de 1990).

Documents iconographiques : 60 affiches sur Bretagne Vivante-SEPNB, les réserves naturelles et l’environnement (à partir de 1960), photothèque (2400 photographies des réserves naturelles et de l’Erika au siège de l’association, 30000 diapositives et 4200 photographies numérisées à la photothèque chez un membre de l’association sur la flore, la faune, les oiseaux, les oiseaux marins mazoutés, les milieux divers, les grands sites, les réserves naturelles, dont le fonds d’Edouard Lebeurier de 4000 diapositives naturalistes, à partir de 1950).

Enregistrements audiovisuels : 35 cassettes vidéo VHS sur les îles, les réserves naturelles..., dont 32 pour le service animation de l’association, à partir de 1990.
1950-XXIe siècle

Genre/Caractéristiques physiques :
Métrage linéaire
 : 70,00 ml
Localisation physique : Le fonds est conservé au siège social de l’association : 186 rue Anatole France, 29200 Brest
Origine
Bretagne Vivante - Société pour l’étude de la protection de la nature et de l’environnement
Accroissements
Le fonds continue de s’accroître.
Communicabilité
Communication sur autorisation préalable (adresse électronique : contact@bretagne-vivante.org
Bibliographie
Maurice Le Demézét, Bruno Maresca, "La protection de la nature en Bretagne, la SEPNB (1953-2003)", Presses Universitaires de Rennes, collection "Espace et territoires", 2003.

Date de dernière mise à jour : 24/01/2020