Fonds Loiret nature environnement

InventaireInventaire (156.03 Ko)

1. Zone d’identification
1.1. Type d’entité

Association
1.2. Forme autorisée du nom
Loiret Nature Environnement.
1.3 Autres formes du nom
LNE, anciennement Naturalistes Orléanais, anciennement Naturalistes Orléanais et de la Loire Moyenne.
2. Zone de la description
2.1. Dates d’existence

1946 - aujourd'hui
2.2. Histoire
L'Association est créée en 1945 par quelques enseignants (instituteurs, professeurs de sciences naturelles) amoureux de la nature. L'objectif est alors d'organiser des sorties de groupes pour mieux faire connaître et aimer le pays orléanais à travers les sciences naturelles. Le 24 janvier 1946, elle est déclarée à la préfecture d'Orléans sous le nom de Les Naturalistes Orléanais. Le Siège social est alors au musée d'histoire naturelle, à Orléans. L'association a pour objectif de faire connaître l'Orléanais, y développer le goût des sciences naturelles et faciliter les études des spécialistes de ces sciences.
Paul Sougy est le premier président, Roger Gauthier le secrétaire et Bernard Perroneau le trésorier. Les autres membres fondateurs sont Jean Avezard et Lucien Fardet. Maurice Genevoix est le Président d'honneur.

Dans les années 1950, l'association dont le siège social est situé au Muséum de Sciences naturelles d'Orléans se structure peu à peu en diverses sections spécialisées qui ne prendront leur essor que quelques années plus tard : Botanique, Mycologie, Entomologie, Ornithologie, Archéologie, Géologie, Spéléologie, Histoire & Géographie locales sont les disciplines étudiées à cette époque. Les Naturalistes Orléanais reçoivent l'agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports au titre de la jeunesse et de l'éducation populaire.

En 1962, l'association créée la Station ornithologique de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin avec un encadrement bénévole quasi-permanent en la personne de François Larigauderie. Toujours dans les années 1960, le Muséum de Sciences naturelles accueille pour la première fois en 1966 le salon du champignon qui existe depuis 10 ans. L'année suivante une salle Roger Gauthier est inaugurée le 14 janvier par le maire d'Orléans Roger Secrétain.

Dans les années 1970, la notion de protection de la nature prend de l'importance dans les esprits des adhérents de l'Association, au point d'ajouter le sous-titre «Association pour l’Étude des Sciences Naturelles et la Protection de la Nature en Région Centre». Ce caractère régional se perdra peu à peu avec l'apparition de plusieurs Sociétés d’Étude et de Protection de la Nature dans d’autres départements de la région.
Un concours annuel de photographies de Sciences naturelles voit le jour avec la collaboration du Photo-ciné-club orléanais.
A l'initiative de François Larigauderie et du président de l'association, Michel Rivière, est créée en 1975 la première réserve naturelle nationale pour la Région Centre. La réserve de l'île de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin sur la Loire fait alors l'objet d'une convention de gestion et d'animation (convention entre l’État, le Conseil Général du Loiret et les Naturalistes Orléanais). Cela permet l'embauche d'un premier salarié (François Larigauderie) chargé de la gestion, de l'animation et de la surveillance de la Réserve ainsi que de l'animation sur les bases de loisirs dépendant de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports. Le site de la « station ornithologique » de la réserve naturelle accueille alors de nombreux élèves et étudiants et devient aussi un lieu de formation pour les passionnés de nature. En 1977, ses responsables présentent un travail d'étude de recherche mené depuis les années 1960 sous la houlette du Muséum d'Histoire Naturelle National de Paris. Plus de 200 000 oiseaux ont été bagués à Saint-Mesmin, près d'un million de données biométriques ont été recueillies et les 3 000 « reprises » effectuées ont prouvé les grandes distances parcourues par les oiseaux visiteurs de l'Oural à l'Afrique du Sud.

En 1978, l'association reçoit du Ministère de l'Environnement son agrément au titre de la loi du 10 juillet 1976 sur le Protection de la Nature. Un groupe mammalogie est créé et fournit un travail important de réflexion en cette période de rage vulpine suivi de la réalisation d’une exposition et de la publication d’un numéro spécial de la revue de l’association.

Dans la première moitié des années 1980, les objectifs de l'association sont redéfinis. L'assemblée générale extraordinaire de 1980 décide de développer les activités de protection et de sensibilisation à l'Environnement et de se doter de moyens tant matériels qu'humains. L’association participe notamment à l'élaboration du livre blanc sur l'Environnement. De nombreuses actions de protection de la faune sauvage sont initiées par les adhérents notamment en faveur des sternes et des rapaces. Le balbuzard pêcheur effectue son retour naturel en forêt d’Orléans. Les ornithologues de l’association s’impliquent fortement pour surveiller le site de nidification. En parallèle, sont créés un groupe herpétologique qui entreprend le premier inventaire de l’herpétofaune du Loiret ainsi qu'un groupe de réflexion sur les cervidés. Un nouvel outil audiovisuel sur le thème du recyclage, des huiles usagées et du papier est également créé.
L'association est aussi déjà représentée dans beaucoup de commissions consultatives préfectorales (commission des sites, des carrières, plan de chasse...). Au début de la décennie le Préfet signe les premiers « arrêtés de biotope » officialisant la protection de plusieurs zones sensibles : l'une au confluent Loire/Loiret, à la Pointe de Courpain ; l'autre pour préserver une héronnière à Ouvrouer-les-Champs. Quatre nouveaux arrêtés préfectoraux de protection de biotope permettent de préserver des sites de  nidification des sternes en Loire.
Sous l'impulsion des Naturalistes Orléanais, la Fédération Régionale des Associations de Protection de l'Environnement du Centre (la FRAPEC, aujourd’hui France Nature Environnement Centre-Val de Loire) est créée et organise un premier colloque sur la Loire et son aménagement.
En raison de l'accroissement des activités de l'association celle-ci est alors contrainte de se réorganiser. Cela se traduit par l'embauche de salariés. Le siège social doit également déménager dans un bâtiment préfabriqué situé à l’arrière du Muséum pour cause de travaux d'extension et de modernisation du Musée.

En 1986-1987, après une souscription lancée auprès des adhérents, les Naturalistes Orléanais décident d'acheter un immeuble à Orléans afin de créer la première maison de la nature et de l’environnement (MNE). Cette première MNE est inaugurée en mars 1987, Année Européenne de l'Environnement. Elle est sise au n° 96 rue du Faubourg Saint-Vincent à Orléans.
La catastrophe de Tchernobyl amène à réfléchir sur la question du risque nucléaire. C'est pourquoi l'association décide en 1987 de parrainer la création de l'A.C.I.R.A.D. Centre, organe indépendant spécialisé dans le domaine du nucléaire. La même année est créé un poste de conservateur de la Réserve Naturelle de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin qui sera confié à Michel Chantereau. Un premier plan de gestion est alors rédigé puis validé par le comité de gestion réuni par le préfet du Loiret.
Toujours en 1987, l'assemblée générale décide d'adjoindre les mots « et de la Loire moyenne » au nom de l'association.

A la fin de la décennie 1980, la présence de l'association est toujours plus grande sur le front des débats sur les grands problèmes d'environnement (autoroutes, élimination des déchets, aménagement de la Loire...). Elle est également représentée à la commission départementale d'hygiène et rédige la Charte départementale des Usagers de la Loire qui est signée par de nombreux élus locaux et des associations. Un premier contrat d'étude est aussi passé avec la ville d'Orléans, tandis que la barre des 10 000 enfants ayant bénéficié des actions de sensibilisation par les animateurs professionnels de l'association est franchie.

Au début des années 1990, la première MNE étant devenue trop petite, le Conseil d’administration décide d'acheter une maison plus grande dotée d'un jardin. Les adhérents aident au financement de cette acquisition. L'aménagement de bureaux, de la boutique, de la salle d'exposition et du jardin ont demandé des milliers d'heures de travail à un noyau de bénévoles. C'est également avec le soutien d'entreprises mécènes que la nouvelle MNE devient opérationnelle et identifiable au 64 route d’Olivet à Orléans. Jean-Louis Pratz devient en même temps le premier directeur des naturalistes Orléanais, grâce au Fonds Régional pour l’Emploi. L'équipe des permanents s'étoffe quant à elle régulièrement et le centre d'information et de documentation sur la nature voit le jour grâce à l'obtention d'un Contrat Vert avec le Conseil Régional.

En 1994, la Maison de la Nature et de l'Environnement est inaugurée en présence de Théodore Monod.

En 1996, l'extension du périmètre de protection de la Réserve Naturelle de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin est approuvée par le Préfet du Loiret après plusieurs années d'instruction.

Entre 1997 et 1999, l'activité d'animation se diversifie avec une approche sur le thème du jardin grâce à l'embauche d'une animatrice permettant l'ouverture et la réorganisation progressive des 600 m² du jardin pédagogique de la MNE. Un premier catalogue des animations, édité dans le cadre d'un Contrat Vert avec le Conseil Régional, est diffusé dans tous les établissements scolaires du Loiret. L'association soutient ou organise également des activités périscolaires et mène des actions de sensibilisation auprès des scolaires, notamment sur les thèmes de l'eau, de l'air et de l'énergie et de l'élimination des déchets. Par exemple, les Naturalistes Orléanais rencontrent un grand succès lors du dixième concours scolaire lancé auprès de toutes les écoles primaires du Loiret sur le thème l'eau (cent soixante classes du département participantes). Une exposition à la MNE, présentant les réalisations des classes, couronne l'opération avec succès.
En parallèle, l'association poursuit sa professionnalisation avec des recrutements, dont celui de trois médiateurs environnement en contrat emplois jeunes qui viennent peu à peu remplacer les objecteurs de conscience. Le niveau de qualification de ces nouveaux professionnels permet de répondre aux attentes des adhérents et des partenaires de façon plus efficace et plus spécialisée.

En 2000, un important travail préparatoire est engagé à la demande du Ministère de l'Environnement pour étudier un agrandissement conséquent de la Réserve Naturelle de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin
Au printemps 2001, une caméra vidéo est mise en service sur l'un des très rares sites de reproduction du Balbuzard pêcheur de France.
En 2002, l'association adopte la Convention Collective Nationale de l'Animation socioculturelle, mais l'association se retrouve en difficulté pour pérenniser ses emplois après l'abandon par l'État du système d'aide à l'emploi jeune.
En 2003, pour la première fois, et pour être en conformité avec la loi, un commissaire aux comptes a été appelé. En parallèle l'association mène plusieurs études collaboratives sur des sujets tels que le peuplier noir et l'éolien.
En 2004, la MNE devient l'un des pôles de distribution des paniers bio, opération initiée par l'association « Les Jardins de Cocagne ».
En 2005, le site internet est créé tandis que les derniers restes de la station ornithologique de la rue Deffier à Saint-Pryvé-Saint Mesmin sont retirés du terrain.
En 2006, se lance l'opération « Objectif Zéro Pesticide dans nos villes et nos villages » qui a pour but d'impliquer les communes dans la réduction de l'utilisation des pesticides dans les espaces publics. Elle est le fruit du travail collaboratif entre un groupe de bénévoles de l'association, la FREDON et les Jardiniers de France. La même année est créée la Réserve Naturelle Nationale (RNN) de Saint-Mesmin, résultat de huit années de travail. La RNN n°26 protège et gère un tronçon de 7,5 kilomètres de Loire, principalement sur le Domaine Public Fluvial et s'étend sur 263 hectares. Elle touche désormais six communes : Saint Pryvé-Saint-Mesmin, Mareau-aux-Prés, La-Chapelle-Saint-Mesmin, Saint-Ay, Saint-Hilaire-Saint-Mesmin et Olivet.
En 2007, l'Assemblée Générale extraordinaire dote les Naturalistes Orléanais et de la Loire moyenne de nouveaux statuts et entérine le changement de nom et de logo de l'association qui désormais s'appelle : Loiret Nature Environnement (LNE) et adopte le Hérisson comme logo. Ces changements symboliques sont destinés à marquer l’affiliation de LNE à France Nature Environnement et à Nature Centre.
En 2008, l'opération « Objectif Zéro Pesticide dans nos villes et nos villages » connaît un tournant avec la signature de la charte par la ville d'Orléans. En parallèle, la rénovation de la MNE est engagée pour être plus respectueuse de l'environnement et pour des raisons de mise aux normes « zone inondable ».
En 2009, en droite ligne de l'opération Objectif Zéro Pesticide qui voit la signature de sept nouvelles communes, deux nouvelles opérations sont lancées : opérations : « Mon jardin au naturel », « Jardiner au naturel, objectif zéro pesticide » qui consistent à accompagner les enseignes de l’Agglomération d'Orléans vendant des produits phytosanitaires vers les alternatives et à initier un changement de comportements des jardiniers amateurs. L'opération « Pull-Over Plus » destinée à engager les écoles et mairies à réduire significativement leurs émissions de gaz à effet de serre et à adopter des gestes écocitoyens est également lancée la même année. L'année 2009 voit également se dérouler la première édition de la fête de la Réserve Naturelle de Saint-Mesmin.
En 2010, la Maison de la Nature et de l’Environnement fête ses 20 ans en présence notamment d'élus dont la vice-présidente de la Région, Pascale Rossler. L'opération Objectif zéro pesticide est quant à elle régionalisé par la fédération Nature Centre. Dans le même temps s’opère un regroupement des 3 opérations « Zéro Pesticide dans nos villes et nos villages », « jardiner au naturel, objectif zéro pesticide » et « Mon jardin au naturel » sous l'appellation : « Pesticides, comment s'en passer ? ». Le  projet de  « transmission d’images » du nid de balbuzard de l’étang du Ravoir au Muséum d’Orléans se concrétise également la même année.
En 2011, l'association cherche à se renforcer sur la question des inventaires  relatifs aux espèces et des territoires peu connus par la pérennisation d'un second poste de chargé d'étude et par le soutien de la Région Centre. LNE lance aussi l'opération l'opération « Bienvenue dans mon jardin au naturel » avec pour point d'orgue l'organisation d'un week-end Portes-ouvertes dans 24 jardins sur 15 communes.
En 2012-2013, démarre un Inventaire de la biodiversité communale sur la commune d’Ingré tandis que le programme Val Mares dans le pays Loire-Beauce se termine par l'inauguration de l'exposition photographique « Zoom sur la mare » et la finalisation du Circuit des mares dans le pays. En 2013 se déroule le colloque international sur le balbuzard pêcheur qui est organisé par le Muséum d’Orléans, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et Loiret Nature Environnement. Les actions pédagogiques de l'association bénéficient également de la création de nouveaux outils, dont celui de  « la malle aux herbes folles » qui est un outil mobile destiné à l'acceptation des herbes sauvages par les habitants des communes signataires. L'année 2013 est également marquée par l'arrivée officielle de la Loutre dans la réserve naturelle nationale de Saint-Mesmin.
En 2014, les bénévoles du centre de documentation de la M.N.E. se lancent dans l’informatisation de la photothèque qui contient plus de 30 000 clichés.
En 2015, l'association participe au lancement de la base de données régionale SIRFF (Système d'information régional sur la faune et la flore), rendant accessible en ligne la nouvelle base de données naturalistes de LNE. L'association se voit également reconduire la gestion de la réserve naturelle de Saint-Mesmin pour 5 ans après validation du nouveau Plan de gestion de celle-ci. En parallèle est créé un nouveau sentier de découverte à la réserve naturelle sur le site de Micy. LNE participe à la COP 21 de Paris par l'intermédiaire du témoignage vidéo de Didier Papet Président de l'association sur les opérations de développement durable menées conjointement avec la ville d'Orléans. L'animation du Plan Régional d'Action « Pélobate brun » est confiée par la DREAL (Direction régionale de l’Environnement), confirmant ainsi l'importance des stations à pélobates à l'orée de le Sologne du Loiret.
En 2016, le site du Ravoir est visité par la secrétaire d’état Barbara Pompili lors de la signature d’un engagement des différents partenaires (ONF, RTE, ville d’Orléans, LNE…) pour la relance du projet de caméra sur le nid de Balbuzard pêcheur avec transmission des images par internet et animations autour de cet oiseau emblématique. L'année est également marquée par les 70 ans de LNE qui voit la ré-édition du livre de Jacques Baillon Faune sauvage des temps jadis – Orléanais, Beauce, Sologne, Gâtinais [...] dans lequel est inclus un cahier spécial « Historique de l’association » illustré de photos issues des archives de l'association.
2.3. Lieu
Maison de la nature et de l'environnement
64, route d'Olivet
45 000 Orléans
2.4. Statuts juridiques
Association Loi 1901, inscrite au journal officiel en date du 24 janvier 1946.
2.5. Fonctions et activités
A l'origine une société de naturalistes, Loiret Nature Environnement est désormais pluridisciplinaire. L'association mène principalement des projets d'éducation et de sensibilisation à la protection de la nature et de l'environnement ainsi que des inventaires, suivis scientifiques et des diagnostics « biodiversité » sur les exploitations agricoles.
Selon ses statuts, LNE à pour objet :
- d'étudier et de protéger les milieux naturels, dans une perspective de léguer une nature préservée aux générations futures ;
- de veiller et de participer activement à la préservation de la faune, de la flore et des sites nécessaires à la conservation de celles-ci ;
- d’œuvrer dans un souci d'éducation à l'environnement de tous publics par une vulgarisation scientifique rigoureuse s'appuyant sur les recherches en cour ;
- de participer au débat public auprès des institutions locales, départementales, régionales ou nationales ;
- d'engager toute action visant à réduire les impacts néfastes de l'homme sur son environnement.

Les principales actions de LNE dans le département du Loiret sont donc les suivantes :
- Mieux connaître pour mieux préserver
- Éduquer à l’environnement pour sensibiliser un large public
- Agir pour plus d’éco-citoyenneté
Loiret Nature environnement faisait paraître jusqu’en 2005 un Bulletin, remplacé depuis par des lettres d'information. Elle créé également de nombreux documents de sensibilisation et des outils pédagogiques.

Loiret Nature Environnement dispose également de plusieurs agréments :
Protection de la nature (au titre de loi de 1976)
Habilitation à participer au débat sur l'environnement dans le cadre d'instances consultatives départementales
Jeunesse et éducation populaire
Association éducative complémentaire de l'enseignement public (local, départemental et académique)
Formation continue
Code de l'Urbanisme

Loiret Nature Environnement est gestionnaire d'une réserve naturelle nationale depuis 1975 : la Réserve Naturelle de Saint Mesmin.

2.6. Textes de référence
Les statuts complets sont accessibles sur le site de l'association à l'adresse suivante :
http://www.loiret-nature-environnement.org/images/Loiret_Nature_Environnement/Pr%C3%A9sentation/statut-lne.pdf
2.7 Organisation interne
LNE est formée par des bénévoles et des salariés.

Un Conseil d'administration est élu chaque année par l'Assemblée générale. Il est actuellement de 15 membres qui se réunissent tous les trimestres à la Maison de la Nature et de l'Environnement d'Orléans. Ils discutent de l'ensemble des activités et préoccupations de l'association et approuvent les projets portés par celle-ci.
Issu du Conseil d'Administration, le bureau se réunit régulièrement à la Maison de la Nature et de l'Environnement d'Orléans.
L'équipe salarié est quant à elle composée de 14 membres et se divise entre l'administration générale de l'association et 4 pôles (réserve naturelle nationale de Saint-Mesmin, pôle animations, pôle inventaire et expertises, pôle projets : zéro pesticides et développement durable).
3. Zone des relations
3.1. Collectivités, personnes ou familles associées

Associations et organismes privés : Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), Graine Centre, France Nature Environnement (FNE), Réserves Naturelles de France, Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de la région Centre (FREDON)...
Organismes publics : Office national des forêts (ONF), ONCFS, Agence française pour la biodiversité (AFB), communes.
3.2. Type de relations
Loiret Nature Environnement est membre de France Nature Environnement Centre-Val-de-Loire.
4. Zone du contrôle
4.1. Identification de la notice d'autorit
é
Auteur : Association Histoire de la Protection de la Nature (AHPNE).
4.2. Règles ou conventions
ISAAR (CPF).
4.6. Dates de création, de révision ou de dissolution
Mars 2018.
4.7. Langue(s) et écriture(s)
Français
4.8. Sources
Didier Papet (actuel vice-président de LNE)
Site de l'association : http://www.loiret-nature-environnement.org

Présentation du contenu conservé par Loiret Nature Environnement (LNE) :
Création :

Pièces isolées (1945 - décennie 1950).
Administration et composition :
Dossiers préparatoires d'Assemblées Générales ;
Bureau : dont comptes-rendus de bureaux (1993-1999) ;
Dossiers de l'inauguration Maison de la Nature (avec invitations) (1994) ;
Relations avec le Museum d'Histoire Naturel d'Orléans (années 1970).
Comptabilité :
Facturiers, salaires.
Fonctionnement et activités :
Feuilles mensuelles d'activités (vers 1958- années 1980) ;
Programmes des conférences ;
Fiches d'observations ;
Études et suivi sur les balbuzards (avec cahiers de terrain (1984- 1994)) ;
Analyses (vers années 1970) ;
Dossiers de suivi des communes concernant principalement le projet « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages » ;
Dossiers thématiques : dont chasse, pollution, mycologie, entomologie, faune (loups, lynx, loutres, castors, balbuzards...) ;
Concours scolaires ;
Expositions (vers décennie 1980-2017) : affiches, panneaux (dont cinquantenaire de LNE), photographies ;
Consultations relatives aux enquêtes publiques du Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) (2012-2015) ;
Archives de la réserve naturelle de Saint-Mesmin (doubles) (5ml) : plans de gestion de la RN, cadastre, POS, ), commission animation (documentation), recensements d'oiseaux.
Documentation:
Revues. - Bulletin  Les naturalistes orléanais, Loiret Nature (1945-2017) : « première édition » avril (1945-1957), nouvelle édition (1958-2005) ; lettres d'information (1); collections de bulletins reçues de sociétés savantes et d'associations scientifiques et de protection de la nature et de l'environnement (dont Gazette de Loir-et-Cher, Perche Nature, bulletin climatologique du Loiret, Courrier de la nature, Salamandre, Loire et ses terroirs, Société géologique de France) (environ 25,0 ml) ;
Revues de presse sur la thématique de la nature et de l'environnement ; coupures de presse ;
Études ;
Cartes géologiques ;
Textes législatifs (dont Natura 2000) ;
Plaquettes de l'association ;
Diapositifs et photographies concernant principalement la faune et la flore locale en lien avec l'activité naturaliste de l'association.
Varia:
Outils pédagogiques ;
Documents de protection de la nature donnés par Roger Gauthier (années 1970).
Dates extrêmes
1945-2005
Métrage linéaire conservé
environ 130 ml
Stockage bureautique conservé
Volume non renseigné, dont : bulletins des Naturalistes Orléanais numérisés 1965-2004, diaporama de plus de 200 photographies numérisés relatif aux 70 ans de LNE disponible sur le site de l'association.
Accroissement
Fonds non clos
Mode de classement et état de conservation
Fonds majoritairement non classé avec conditionnement en boite archives cartonnées dans un environnement sain.
Classement documentaire pour les ouvrages de la bibliothèque.
Localisation physique
Maison de la Nature et de l'environnement
64 route d'Olivet
45 000 Orléans
Modalités d'accès
Accueil de chercheurs sur demande à la Maison de la Nature.

 

(1) Les lettres d'informations de LNE ont remplacé les bulletins. Elles sont au nombre de trois par année et accessibles sur le site de l'association

 

 

Date de dernière mise à jour : 02/05/2019

×